Sélectionner une page

Ils vous facilitent la vie avec leurs applis

Conçues pour nous rendre service au quotidien, les applications ont envahi nos smartphones. Certaines sont même issues de l’imagination de Drômois et Ardéchois. Rencontre avec quelques-uns de ces inventeurs. 

Qui aurait cru que passer du temps au bar donnerait naissance à une entreprise? C’est pourtant ce qui est arrivé à Clément Thuillier et Lucas Chosson. Âgés de 21 ans, les deux jeunes de Beauvallon et Étoiles sur Rhône viennent de lancer une application qui permet de commander ses boissons avec son smartphone. Tout commence il y a trois ans, Clément et Lucas ont alors 18 ans. Ils débutent leurs études supérieures et découvrent les joies de la vie étudiante et les longues soirées dans les troquets « quand le bar est bondé c’est souvent très difficile de capter le serveur pour commander à nouveau », explique Clément. Les deux garçons réfléchissent alors pour passer commande sans passer par un serveur. « Tout le monde a un téléphone, donc on a directement pensé à une application mobile », disent-ils.

Le client commande avec son téléphone, sa commande s’affiche ensuite sur un écran disposé derrière le bar. Le barman n’a plus qu’à préparer ladite commande et le serveur à la déposer sur la table. Pour les deux jeunes hommes, tout le monde gagnant : « le client est servi plus rapidement. Le serveur lui, a moins d’aller-retour à faire dans la salle. Et l’établissement y gagne car les clients ont tendance, du coup, à commander davantage. Sans oublier qu’il peut communiquer sur ces deux événements via l’application. »

Trois ans de travail.

Pour donner corps à leur idée, Clément et Lucas se sont enfermés, chaque soir dans un garage, pendant des mois. « Au départ, on a sondé les gens autour de nous et plusieurs bars pour voir si c’était viable. Puis on a lancé une étude de marché est conçu l’appli », indique Clément. Au bout d’un an, les amis se mettent en quête de financements. « là, ça a été plus compliqué, car personne ne nous prenez au sérieux», se souviennent-ils. Leur rencontre avec un cabinet d’experts comptables de la région va accélérer les choses. Une banque décide de les suivre et leur accorde un prêt de 75 000 euros. La région Auvergne Rhône-Alpes leur octroie quant à elle un prêt d’honneur de 15 000€ . Lucas, Clément et leur famille complète et investissent 20 000€. En mars 2019, la marque Yamay voit le jour. Il y a quelques semaines, le site internet était lancé. L’application, elle, sera disponible en janvier. Elle sera gratuite pour les clients « les prix affichés seront les mêmes que dans le bar. Ce sont les établissements qui paieront cette prestation », explique Lucas et clément. Ces derniers démarchent actuellement les cafés et bars entre Lyon, Nice, Valence et Cannes. Il faut qu’il signe une trentaine de partenariat pour rembourser leur investissement. « ce qu’on propose n’existe pas en France donc on est plutôt confiant », sourit Lucas. Mais les deux drômois n’en reviennent toujours pas. Créer un produit de tes propres mains, le vendre à un professionnel qui a besoin de ta solution, ça fait bizarre » s’exclame Clément. Désormais à la tête d’une start-up, les deux amis viennent d’embaucher deux commerciaux.

Amandine Brioude.